L'OMS décrète l'état d'urgence internationale pour l'épidémie d'Ebola

Tous les médias inquiètent la population après l’épidémie du virus Ebola qui, même s’il est vrai que le taux de mortalité atteint 90%, l'éclosion actuelle a un taux plus bas (de 60%). Il n’existe pas de vaccin ni de traitement spécifique contre Ebola, mais les experts affirment que le risque d’attraper un voyageur est faible car il nécessite un contact direct avec des liquides organiques ou des sécrétions telles que l’urine, le sang, la sueur ou la salive. Cependant, la mort de 729 personnes dans quatre pays d'Afrique occidentale a été attribuée à Ebola depuis le début de l'année et l'épidémie ne montre aucun signe de diminution, en particulier au Libéria et en Sierra Leone.

Dans ces conditions, après deux jours de réunions à Genève, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest était une «urgence de santé publique internationale».

Le directeur général de l'OMS, Margaret Chan, a déclaré aujourd'hui que l'épidémie d'Ebola, qui s'est propagée dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, constitue un "événement extraordinaire et un risque pour la santé publique internationale".

Pour sa part, Keiji Fukuda, directeur général adjoint pour la sécurité sanitaire de l'OMS, a déclaré que, malgré la gravité de l'épidémie, la maladie "peut être maîtrisée". Il a également souligné que "ce n'est pas une maladie mystérieuse".