Pour mieux vieillir, il faut être optimiste

Pour bien vieillir, il faut prendre soin de sa santé, de sa nourriture, faire de l'exercice, cultiver des relations sociales ... mais aussi affronter la vie avec un peu d'optimisme.

Du moins, c’est ce qu’une étude publiée par le Journal de l'Association médicale canadienne.

Optimisme anti-vieillissement

Ce n’est pas la première fois, en effet, que l’optimisme est associé à une longévité accrue, ainsi qu’à un risque moindre de maladie grave à partir de soixante ans. Cependant, une nouvelle étude publiée par le Journal de l'Association médicale canadienne associer, pour la première fois, une perception positive de soi et de l'environnement avec un déclin physique quotidien moindre.

Pour mener à bien cette découverte, les chercheurs ont mené pendant 8 ans plus de 3 200 personnes âgées de 60 à 90 ans afin d’approfondir le lien entre bien-être émotionnel et bien-être physique.

Au cours de la longue étude, les participants ont dû évaluer leur satisfaction à l'égard de leur travail, de leurs loisirs, de leur entreprise, de leur humeur et de leur passé. En outre, les chercheurs ont également analysé la manière dont les participants réalisaient des activités quotidiennes telles que se laver, se lever ou se vêtir. Les participants qui ne montraient ni jovialité ni optimisme étaient trois fois plus susceptibles de développer des problèmes de santé. Ceux qui étaient optimistes étaient non seulement en meilleure santé et avaient moins de détérioration physique, sMais ils avaient besoin de moins d'aide pour effectuer leurs tâches quotidiennes.

En regroupant toutes ces données, les chercheurs ont également découvert une corrélation significative: les optimistes avaient en commun d’autres caractéristiques telles que le mariage, le travail, un niveau d’instruction supérieur et un meilleur statut socioéconomique. Les faibles niveaux de satisfaction à l'égard de la vie étaient plus fréquents chez les personnes atteintes de coronaropathie, de diabète, d'arthrite et d'épisodes de dépression.

Il convient de noter à nouveau que nous traitons de corrélations, et non de causes et d’effets, nous devons donc prendre ces résultats avec prudence: l'optimisme ne sera pas toujours le remède à tous les maux de la vieillesse. Ce qui semble être évident, avec d'autres études similaires, c'est qu'un sourire et une bonne disposition à la vie facilitent la vie quotidienne beaucoup plus facilement, comme l'a souligné l'investigateur principal de cette étude, Andrew Steptoe, de l'University College London (Royaume-Uni):

Nos résultats montrent davantage l'importance de savoir profiter de la vie pour conserver à l'avenir la mobilité nécessaire à la réalisation de tâches quotidiennes et au maintien du maximum d'autonomie.